1. L’unité

Praxiling est une unité de recherche du CNRS (UMR 5267 CNRS – Université Paul Valéry Montpellier 3), spécialisée dans l’analyse du discours. Elle appréhende le langage en tant que pratique sociale et envisage les discours dans les conditions concrètes de leur production : construits par des sujets en interaction, ils sont liés à des pratiques situées (des « praxis ») et, eux-mêmes, praxis. Cette conception des discours fonde l’analyse des fonctionnements et dynamiques linguistiques développée par l’Unité.

Les recherches de Praxiling sont distribuées en quatre thèmes :

Un thème transversal réunit l’ensemble des membres de l’unité :




1. Discours, langue

Responsables : Agnès Steuckardt & Sascha Diwersy

Le thème Discours, langue vise à proposer une modélisation des processus par lesquels se stabilisent, en langue, des phénomènes discursifs. Il s’agira de repérer et de circonscrire les différents paramètres entrant en jeu dans les phénomènes de changement linguistique, selon des diachronies courtes (trajectoires d’émergence), moyennes ou longues (lexicalisation, grammaticalisation, obsolescence). Le thème portera une attention particulière aux possibles de langue, notamment aux formations lexicales ou syntaxiques supposées non canoniques, à leur attestation en corpus, aux facteurs explicatifs de leur fréquence et de leur stabilisation dans l’usage.

Ces phénomènes seront observés à travers plusieurs médiations comme les types de textualité, les genres de discours et, plus largement, les traditions discursives. Différentes méthodologies seront sollicitées, depuis le recours aux outils informatiques de traitement de corpus jusqu’aux tests de perception.




2. Discours, corpus, histoire

Responsables : Hervé Bohbot & Frédéric Calas

Les objectifs de ce thème sont de :

  • mieux cerner les mécanismes langagiers liés au récit du souvenir 
  • travailler sur l’interdépendance entre la langue et l’histoire des sociétés.

Les travaux menés dans le cadre du projet Nenufar permettent de consulter les pages des éditions du Petit Larousse depuis 1906 et mettent en évidence, avec une particulière netteté, cette interdépendance.

Les recherches menées au sein de ce thème seront réalisées principalement à partir de corpus écrits et oraux de témoignages ainsi que de documents et outils didactiques anciens. Elles se fonderont sur l’expertise déjà acquise dans le cadre de projets en cours ou passés (Nenufar, Corpus14, Repaphon, Il était une fois la phonétique,…) portés par le laboratoire et sur des collaborations déjà actives avec des institutions essentielles dans le cadre de cette problématique (réseau des Archives départementales de France, bibliothèque François Mitterrand, DGLFLF, Mémorial du camp de Rivesaltes…).




3. Parole, interactions et santé

Responsables : Maud Verdier & Christelle Dodane

Les travaux se déploient ici en deux axes principaux autour de l’étude 1) des dysfonctionnements de la parole, et 2) des dispositifs interactionnels qui contribuent à ce que ces dysfonctionnements soient intégrés, voire surmontés. S’appuyant sur la constitution de corpus multimodaux, impliquant une ethnographie des situations, ces travaux explorent d’une part, les troubles du langage dans la production orale des enfants et des adultes, porteurs ou non d’un handicap, d’autre part, les dysfonctionnements langagiers dans la conversation. Ils incluent enfin l’analyse des cadres de participation – cliniques, ordinaires et artistiques – impliquant des personnes en situation de handicap (physique, mental et/ou psychique). Prenant appui sur l’étude du développement typique du langage (acquisition du langage), les recherches portent sur le fonctionnement normal, le dysfonctionnement et la remédiation du discours. En établissant une continuité entre les phénomènes phonétiques, discursifs et pragmatiques, et en proposant une analyse approfondie des relations entre les différentes modalités (parole, prosodie, gestes), ces travaux permettent une meilleure compréhension des dispositifs interactionnels qui contribuent à la réalisation d’une pertinence communicationnelle malgré l’existence d’une parole dysfonctionnelle. Les recherches traitent tout particulièrement des domaines de la disruption avec une attention portée aux phénomènes de réparation, de correction et de reformulation dans la production orale spontanée et dans les interactions multiparticipants, visant ainsi une meilleure saisie du sens en contexte.




4. Analyse de discours outillée, praxis, veille sociale

Responsables : Agata Jackiewicz & Aleksandra Nowakowska

Le thème Analyse de discours outillée, praxis, veille sociale regroupe des chercheurs qui, en tant que linguistes mais aussi dans une perspective pluridisciplinaire, s’intéressent à la production du sens en discours en lien avec les questions sociétales et les applications qu’elles suscitent. Les deux versants des recherches, d’une part théorique et épistémologique, et d’autre part, empirique et appliqué, sont coordonnés et mobilisés pour la définition d’outils (notionnels, méthodologiques et informatiques) destinés à des analystes de discours. Les travaux incluent des réflexions sur (i) la constitution de corpus inédits permettant de documenter des phénomènes sociaux spécifiques (radicalisation, migration, transition écologique…) ; (ii) la définition de méthodologies et de parcours d’analyse (modèles…) généralisables et reproductibles ; (iii) la constitution et les représentations différenciées de ressources linguistiques en fonction des types d’applications et d’utilisateurs.

L’ensemble des travaux sont menés en collaboration étroite avec des acteurs de la vie sociale, culturelle et économique, et notamment le Planning familial de l’Hérault, la SNCF (Direction Innovation & Recherche), EDF R&D, le réseau des Semeurs de Jardins (Occitanie).




5. Thème transversal : Données et pratiques linguistiques à l’heure du numérique et de la science ouverte

Responsables : Giancarlo Luxardo & Clémence Jacquot

Ce thème transversal a pour objet le développement d’une réflexion commune et croisée, d’ordre méthodologique et épistémologique, sur la construction des savoirs, des ressources et des méthodes d’analyse en linguistique, ainsi que sur le partage et la diffusion de ces connaissances, à l’heure des transformations induites par le numérique et la pluridisciplinarité.

Les travaux sur le développement de nouvelles pratiques dans les différentes (sous)-disciplines linguistiques représentées dans le laboratoire seront articulés suivant quatre volets : (i) objets d’étude et données de recherche, (ii) concepts et méthodes, (iii) outils et environnements numériques, (iv) éthique de la recherche.

Sans exhaustivité et sans hiérarchiser leur portée et intérêt, parmi les questions que nous souhaitons approfondir, il y a : rapports objets d’étude – observables ; complexité, hétérogénéité, réticularité et multimodalité ; production des données de recherche à partir des sources anciennes, recueil et documentation de la parole ‘actuelle’ ;  sérendipité ; crowdsourcing pour production et enrichissement des données (linguiste vs locuteur) ; limites des données et rapport au contexte ; big data vs corpus pragmatiques contextualisés.

On abordera aussi les questions méthodologiques liées aux enjeux de la science ouverte et à l’application des principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable) à notre domaine, visant donc à rendre les ressources produites faciles à trouver, accessibles, interopérables  et réutilisables ; dans ce contexte entreront les réflexions sur la préservation à long terme des données, leur description par des métadonnées adaptées, leur standardisation (en tenant compte des bénéfices mais aussi des limites de l’utilisation des formats actuels, en particulier de la TEI), les questions légales liées aux droits d’auteur et au respect de la vie privée (en particulier en développant les bonnes pratiques d’anonymisation qui sont préalables au partage des corpus). Ces recherches seront liées étroitement à la participation de Praxiling aux groupes de travail des consortiums CAHIER et CORLI, ainsi qu’aux initiatives internationales de standardisation des ressources linguistiques (en particulier dans le cadre de l’infrastructure CLARIN ERIC).

Les travaux de l’axe seront coordonnés avec les activités de la revue Cahiers de praxématique (notamment pour la création de référentiels terminologiques dans le domaine de la linguistique).

Des liens étroits avec le master de Sciences du langage du département de linguistique seront développés – via les enseignements et les stages – afin que les acquis novateurs de la recherche (méthodes, expérimentations…) viennent enrichir la culture scientifique des étudiants et renforcer leurs savoir-faire dans le domaine du numérique et de la science ouverte.