Caroline Salagnac » Membres non permanents

Caroline Salagnac

Doctorante
Photo de Caroline Salagnac

Informations biographiques

Caroline Salagnac est doctorante en Sciences du Langage at l’Université de Paris III. Elle a rejoint Praxiling en octobre dernier pour débuter son doctorat à distance. En 2010 elle décide de reprendre ses études et de s’inscrire à un cursus de Littérature Moderne à distance, ce qui lui permet de continuer à exercer sa fonction d’assistante de direction générale au sein d’un Cabinet d’avocats parisien.

Diplômée en Littérature Moderne à Paris III, Caroline a soutenu ses deux mémoires de M1 et M2 sous la direction de Madame Catherine Croisy-Naquet. Tous deux concernaient la littérature médiévale et portaient sur « Le motif du tissu dans les lais de Marie de France » et « La fin’atente dans quelques textes du XIIe siècle »

Désireuse de continuer à acquérir des connaissances, Caroline prépare actuellement un doctorat sous la direction de Madame Agnès Steuckardt. Ses recherches se concentrent sur les neuf éditions du dictionnaire de l’Académie française avec pour objectif d’y étudier le vocabulaire de la chevalerie.

Le dictionnaire de langue monolingue, par sa nomenclature, par les définitions et les exemples qu’il donne, par les différentes marques qu’il utilise, construit une représentation du lexique, à une époque donnée. Si ce dictionnaire émane d’une institution, comme l’Académie française, il constitue une forme de « prêt à parler » (Collinot, Mazière, 1977), faisant figure d’autorité. On peut partir de l’hypothèse qu’il fournit alors une représentation en quelque sorte officielle de la réalité sociale d’une époque. La disponibilité, désormais sur cinq siècles, des éditions successives du Dictionnaire de l’Académie française rend possible une approche diachronique de cette représentation. Comment ce dictionnaire représente-t-il les transformations de la langue et de la société françaises ?

L étude se focalisera sur les mots hérités du Moyen Âge, période passée s’il en est, qui a vu naître notre langue même. Elle sera centrée sur la figure emblématique du chevalier. Les entrées « Chevalier » et « Chevalerie » serviront de point de départ. Elles permettront d’enrichir le champ d’investigation en étudiant les mots choisis par le lexicographe pour définir ou illustrer les deux définis, qu’ils fassent référence aux valeurs morales et à l’éthique, au contexte militaire, aux codes et lois auxquels le chevalier est soumis, à sa charge de protection, ou encore à la figure fictionnelle des romans du Moyen Âge par l’intermédiaire du motif du chevalier errant. Grâce à l’étude de ces deux mots et aux choix lexicographiques susceptibles de restituer les deux signifiés et d’en décrire les propriétés référentielles, tout un univers lexicographique et métalinguistique se déploiera au fil des siècles  permettant de cerner la manière dont la langue commune, envisagée par l’Académie française, prend en charge les contenus culturels, historiques ou les stéréotypes contenus dans ces deux mots.

 

 

Catégories : Non-permanents